Dans cette rubrique, nous (re)diffuserons quelques articles clés, sélectionnés du web ou par d'autres canaux et que nous trouvons utiles à proposer aux lecteurs du site. Les flux RSS fournis proposent une information actualisée provenant de diverses sources.

En prélude au démarrage des activités entrant dans le cadre de la deuxième Semaine de l’Internet qui se déroulera du 24 au 28 septembre 2012, le Directeur de Cabinet du Ministère de la Communication et des Technologies de l’Information et de la Communication, Monsieur Wilfrid MARTIN a donné une conférence de presse dans la matinée du mardi 18 septembre 2012. C’est la salle point de presse du MCTIC qui a servi de cadre à cette rencontre entre les journalistes et le comité d’organisation.

Dans son introduction liminaire, Monsieur Wilfrid MARTIN a souligné que la Semaine de l’Internet est devenue une tradition au Bénin. L’Internet est un outil indispensable pour les utilisateurs. II est même un outil professionnel. C’est la raison pour laquelle le Gouvernement du Bénin s’échine afin qu’il soit à la portée de tout le monde a-t-il indiqué. La Semaine de l’Internet est un creuset de concertation et d’échanges entre les acteurs du secteur et le Gouvernement. Les objectifs de la deuxième édition de la Semaine de l’Internet a-t-il poursuivi, sont axés sur trois points essentiels à savoir :

Read more...

(Quotidien Fraternité) - Le partenariat public-privé avance et se renforce davantage dans tous les domaines d’activités au Bénin. Le gouvernement du Bénin, dans sa vision de faire de notre pays le quartier numérique de l’Afrique a décidé d’ouvrir le marché de l’accès à Internet par l’octroi d’autorisations pour la Fourniture d’Accès à Internet à des opérateurs privés.

La remise officielle des documents contractuels à ces opérateurs a eu lieu hier au ministère de la communication et des technologies de l’information. Cette remise fait suite à la signature il y a quelques jours de ces documents qui permettront à ces fournisseurs d’exercer leurs activités dans la légalité. Ils sont au total cinq (05) opérateurs privés reconnus par l’Etat qui ont désormais le droit de fournir l’Internet aux Béninois. Il s’agit de : Univercell S0, Isocel Telecom Sa, Marlan’s Telecom Sa, Espace Informatique et Télécommunications (Eit), Omnium Des Télécommunications et de l’Internet Sa (Oti). "Ainsi, pour dynamiser le marché des télécommunications, le gouvernement a décidé d’ouvrir le marché de l’accès à Internet par l’octroi d’autorisations pour la Fourniture d’Accès à Internet à des opérateurs privés. Pour y parvenir, mon Département a lancé le processus d’octroi d’autorisations d’établissement et d’exploitation de réseaux de fourniture d’accès à Internet qui se concrétise aujourd’hui par la remise des conventions et des cahiers des charges signés aux Opérateurs privés retenus à cet effet", a expliqué Max Awèkè, ministre de la communication. Ce processus conduit par l’Autorité Transitoire de Régulation des Postes et Télécommunications (Atrpt) permettra à ces cinq opérateurs de fournir de l’Internet aux Béninois pendant 10 ans pour un montant d’un milliard à payer à l’Etat béninois à raison de 200 millions par fournisseur. "Le souci du gouvernement étant de généraliser l’accès à Internet à des prix abordables sur toute l’étendue du territoire national, il vous fait désormais obligation, dans l’exercice de vos activités, d’offrir, avec un débit convenable, l’accès à Internet à tous les demandeurs en mettant en œuvre les moyens techniques les plus fiables et agréés conformément à la règlementation", a averti le ministre. Pour Robert Aouad, porte-parole des cinq fournisseurs d’accès à Internet, il est agréable de savoir qu’ils peuvent désormais exercer leurs activités dans un cadre légal. Au nom de ses pairs, il a promis de respecter le cahier de charge afin de faire du Bénin le quartier numérique de l’Afrique. Il est désormais du ressort de l’Atrpt de veiller à la mise en œuvre de ces cahiers de charges pour que la bonne qualité de la connexion Internet soit la chose la mieux partagée au Bénin.

Auteur/Source : Quotidien Fraternité

Date: 31 janvier 2012

Note Iafric.net : A noter que l'offre de services internet au Bénin est formellement libéralisée au Bénin depuis plus d'une décennie

(Quotidien le Matin) L’opérateur de téléphonie mobile Mtn et le gouvernement béninois s’engagent à embarquer les populations du Bénin dans la technologie de pointe. Le mercredi 14 mars dernier, les deux parties se sont retrouvées à la salle de Presse du Ministère en charge de la Communication, pour procéder à la signature de la licence relative à l’établissement et à l’exploitation des réseaux mobiles de communication au Bénin.

Pour faire profiter les Béninois la technologie des temps modernes, le gouvernement du Bénin et l’opérateur de téléphonie mobile, Mtn-Bénin ont procédé à la signature du contrat de la licence neutre 3G. Etaient présents lors de la cérémonie consacrant le paraphe des cahiers de charges de ce nouvel outil numérique, trois membres du gouvernement, notamment, le ministre de la Justice de la Législation et des Droits de l’Homme Mme. Marie Elise Gbèdo, le ministre de l’Economie et des Finances, Mme Mathys Adidjatou et celui des Technologies, de l’Information et de la Communication M. Max Barthélémy Ahouèkè, des cadres et Directeurs centraux des ministères concernés ainsi que les responsables de Mtn-Bénin avec à leur tête le Directeur général, M. Eric Tronel. D’entrée, Marcellin Ilougbadé, le Secrétaire Exécutif de l’Autorité de Régulation des Postes et Télécommunication (Atrpt) est revenu sur le processus ayant conduit au choix de Mtn-Bénin de bénéficier de la licence neutre 3G. A en croire Marcellin Ilougbadé, le Gouvernement béninois a lancé le 21 septembre 2011 un appel d’offres sur la technologie 3G à l’endroit des cinq opérateurs GSM, mais c’est seulement Mtn-Bénin qui s’est intéressé et a postulé. Ainsi, après l’étude de soumission déposée par cet opérateur, le Gouvernement du Bénin, poursuit le Secrétaire Exécutif de l’Artpt, a remarqué que cette dernière répond à l’appel d’offres. C’est ainsi que Mtn-Bénin a été retenu pour conduire les destinés de cette technologie et ceci, pour 20ans avec à la clé 50 milliards F CFA à verser dans les caisses du Trésor publique. Suite à la signature du contrat, le Directeur de Mtn-Bénin, M. Eric Tronel s’est dit réjoui de la confiance que le Gouvernement a placé en lui en lui offrant cette licence 3G. Une licence qui, selon lui, servira à révolutionner le monde du numérique au Bénin à travers de multiples services à mettre à la portée des populations béninoises. Il a promis respecter les clauses contenues dans les cahiers de charge. Et au Ministre de la Communication M. Max Ahouèkè de féliciter Mtn-Bénin pour les efforts toujours consentis pour accompagner la vision du Président Boni Yayi de faire du Bénin, le quartier numérique de l’Afrique. Quant au ministre de l’Economie Mme Mathys Adidjatou, elle a affirmé que les autres opérateurs GSM sont aussi attendus pour emboîter le pas à Mtn. « Cela permettra à notre pays de faire résolument face aux exigences de la nouvelle ère technologique », a-t-elle dit pour conclure.

Auteur : Etienne YEMADJE, Quotidien le Matin

Source : Quotidien Le Matin

© koaci.com - Depuis le 14 février dernier, notre pays a été coupé du reste du monde faute de connexion internet, la deuxième fois en 2012. Cette situation crée d'énormes dommages au pays, il ya lieu de trouver une solution définitive.

Read more...

(Par Jeune Afrique) Un réseau couvrant la moitié du territoire, une interconnexion avec l'Europe et le premier data center du Bénin... Le patron d'Isocel multiplie les projets pour devenir incontournable.

« Jusqu'au milieu des années 2000, il était très difficile de trouver des financements pour créer un fournisseur d'accès à internet [FAI, NDLR]. Personne ne croyait que cela deviendrait incontournable en Afrique », se souvient Robert Aouad, directeur général d'Isocel Telecom, un des principaux FAI du Bénin. Une époque révolue.

Read more...

Après trois jours de coupure en fourniture internet, la situation est revenue à la normale depuis hier. Mais avant, une descente dans les cybers café et les administrations à fort taux de consommation, a permis de se rendre à l’évidence que les désagréments causés sont immenses.

Read more...

(Par G. ALAVO) L’introduction des technologies de l’information et des communications dans le processus électoral engendre à la fois intérêt et inquiétude aussi bien au niveau des électeurs que des administrateurs électoraux du monde entier. Aujourd’hui, la plupart des organismes de gestion électorale (OGE) recourent aux nouvelles technologies dans le but d’améliorer le processus électoral. Ces technologies vont des instruments de la bureautique de base tels que le traitement de texte et les tableurs jusqu’à des outils beaucoup plus sophistiqués de traitement des données, tels que les bases de données, le balayage optique, les systèmes d’information géographique, le vote électronique.

Dans une dépêche de l’AFP en date du 20 janvier 2012 reprise par des quotidiens nationaux béninois comme le journal « le Matin » dans sa parution électronique du 09 février 2012, le chef de l’Etat béninois, le Président Boni Yayi a indiqué « qu’il soumettrait la proposition du vote électronique, faite par la Cour constitutionnelle, à des experts attendus à Cotonou pour examiner la liste électorale permanente informatisée (Lépi) dont l’élaboration a suscité beaucoup de controverses ».

Read more...

© koaci.com - Du 1er au 23 décembre dernier l’Ecole nationale d’économie appliquée et de management (ENEAM) et le cabinet d’étude marketing et veille REC Consulting ont lancé un questionnaire intitulé Baromètre FAI pour connaître quel fournisseur d’accès Internet clé Modem opérant au Bénin satisfait réellement les consommateurs. Cette étude a été réalisée par les étudiants de la gestion commerciale troisième année de l’ENEAM et dirigée par le Dr. Byblice COOVI. 

Read more...

(Agence Ecofin) - Devant la difficulté de vendre Bénin Télécoms, opérateur historique du Bénin, le gouvernement envisage de scinder ses actifs en deux – d’une part, la filiale mobile et, d’autre part, les infrastructures et la branche filaire – pour faciliter la vente.

En effet, la branche mobile de la société intéresse davantage les acheteurs potentiels car elle est davantage susceptible d’être rentabilisée à court ou moyen terme. La branche fixe n’attire pas beaucoup les acheteurs dans la mesure où de plus en plus de repreneurs hésitent à reprendre la partie fixe des compagnies historiques de télécommunications.

Read more...

Ce projet vise à rendre le cadre juridique et réglementaire plus efficace et à créer un cadre juridique, institutionnel et d’interopérabilité pour les applications d’e-gouvernement et de supporter les PME dans le domaine des TIC. Il est financé par  l’association internationale de développement (IDA - Banque mondiale) et le Bénin. Ses activités sont exécutées à travers trois composantes:

- la première composante facilitera un plus grand accès aux services des TIC en aidant le gouvernement à mettre en place les fondements d’un cadre juridique, réglementaire et institutionnel efficace pour le secteur permettant de favoriser la concurrence et de veiller au respect des engagements pris en vue d’un accès amélioré;

- La deuxième composante aidera le gouvernement à mettre en place les fondements d’un environnement viable et de permettre des applications d’e-gouvernement à contribuer au développement du E-business;

- la troisième composante est l’unité de coordination du projet aura à charge la gestion du projet, la passation des marchés et la gestion financière.

Le site web du projet est http://www.e-benin.bj

(la grande partie de cet texte a été rédigé à partir de l'article accessible à ce lien)

 
 
 
 

Recherche

Contact

Syndication - RSS