Dans cette rubrique, nous (re)diffuserons quelques articles clés, sélectionnés du web ou par d'autres canaux et que nous trouvons utiles à proposer aux lecteurs du site. Les flux RSS fournis proposent une information actualisée provenant de diverses sources.

(Source : La Nouvelle Tribune) - Le ministre de la Communication, Komi Koutché, a procédé hier à l’inauguration du Centre d’incubation de l’Agence Nationale des Technologies de l’Information et de la Communication. L’infrastructure est située à Cotonou, au sein des villas Laïco dans la zone de l’Aéroport Cardinal Bernardin Gantin.Le centre d’incubation de l’Agence Nationale des Technologies de l’information et de la Communication (Agentic) est désormais officiellement ouvert.

Opérationnel depuis plusieurs mois, il a été inauguré dans l’après-midi d’hier, mardi 17 décembre, par le ministre de la Communication, des Technologies de l’Information et de la Communication (Mctic), Komi Koutché. Cette cérémonie d’inauguration s’est tenue dans le cadre de la semaine de l’Internet, débutée ce lundi, pour prendre fin le vendredi 20 décembre prochain.

Le Centre est situé à Cotonou, au sein des villas Laïco, dans la zone de l’Aéroport, non loin de Bénin Marina Hôtel. Fruit de la coopération entre la Banque Mondiale et le Bénin, le Centre d’incubation offre aux développeurs Tic et aux entrepreneurs, un cadre de soutien, d’appui et de stimulation pour développer des solutions créatives et relever les défis du quotidien. Il offre des services en matière de délégation de maitrise d’ouvrage, de formation, d’incubation d’entreprises et de gestion de projets Tic. Selon la Directrice générale de l’Agentic, Gilleta Méa Mouyabi Gbanhoun, plus de 25 projets sont actuellement en cours de soutien, de diverses manières, au niveau du centre. Ces soutiens sont : «formation, conseils, hébergement, promotion, suivi et évaluation, financement», a-t-elle précisé. Avant d’ajouter que des rencontres et échanges ont lieu avec des entreprises du secteur, susceptibles d’offrir des opportunités aux porteurs de projets. Sans oublier les relations de proximité établies avec un certain nombre d’incubateurs de la sous-région, et de l’Afrique, en vue d’offrir aux jeunes entrepreneurs du Bénin des possibilités d’externalisation de leurs produits. «Ce centre d’incubation est un facteur majeur dans la marche résolue du Bénin vers la réalisation du quartier numérique d’Afrique. Une vision à concrétiser à l’horizon 2025», a déclaré le ministre Komi Koutché. Son souhait est que ceux qui sont actuellement  «incubés» au centre, soient les étincelles qui annonceront la lumière.

****

Auteur : Léonce Gamaï  - Date : 18 décembre 2013

Source : La Nouvelle Tribune 

(Source : Quotiden La Nation). C’est un événement pour la communauté des internautes du Bénin. Et un motif de satisfaction pour le ministre de la Communication et des Technologies de l’Information et de la Communication, Komi Koutché dont la promesse de rendre effectif le Centre d’échanges Internet dit Point IXP, a été tenue dans le délai indiqué. Le Point IXP a été, en effet, ouvert hier jeudi 19 décembre dans les locaux de Bénin Télécoms S.A. 

En une telle occurrence, Urbain Fadégnon, directeur général de BTSA remercie tous les fournisseurs d’accès Internet qui ont adhéré à l’idée et contribué à sa concrétisation. Il adresse un remerciement particulier au ministre qui s’y est engagé personnellement. 

Et fait observer que l’Internet est aujourd’hui un vecteur de développement. Dans ce sillage, il relève la pertinence du projet e-Bénin qui vise une meilleure qualité de l’internet à moindre coût. La plateforme ainsi mise en place permettra aux géants de l’Internet (Google, Yahoo et autres) de venir déposer au Bénin une copie de leurs serveurs pour être plus proches des internautes béninois.

Read more...

(Source: La Nouvelle Tribune) - Le Palais des Congrès de Cotonou abrite du 16 au 20 décembre 2013, la troisième édition de la Semaine de l’Internet.

Placée sous le thème : «Les Tic face aux enjeux du développement», la Semaine a été officiellement lancée dans la matinée d’hier, dans une Salle Bleue du Palais des Congrès de Cotonou, bondée de monde.  L’édition «de cette année, vient commémorer les cinq ans de l’adoption du document de politique et de stratégie (Dps) du secteur des Télécommunications, des Technologies de l’Information et de la Communication et de la Poste», a indiqué Wilfried Martin, Directeur de Cabinet du ministre de la Communication et président du Comité d’organisation de l’évènement.

Read more...

[Par le journal La Nouvelle Tribune] Le web au Bénin, qu'est ce que c'est? Une longue liste de sites web parfois méconnus par les internautes et qui n'existent que par leur présence sur un serveur installé au Bénin ou situé quelque part sur la planète. Voilà ce que représente le réseau internet au Bénin. Bilan des pratiques bonnes ou mauvaises.

De la présence effective sur le réseau

Le Bénin a très tôt d'ailleurs, comparé à certains de ses homologues africains connus l'existence de nombreux sites plus ou moins populaires. Le début des années 2000 a connu ses stars: des sites perso qui foisonnent de gauche à droite, créés par des jeunes internautes avides de nouvelles technologies, ou par des organismes plus ou moins structurés. Les premières stars, L'araignée et un peu plus tard Sonangnon, sites qui réalisent une revue de presse des journaux de la place qui pour la plupart étaient dépourvus de "représentants" sur la toile.   Ces sites avaient connu un regain de popularité, à mesure que les expatriés béninois désiraient s'informer sur leur pays, et aussi à mesure qu'il naissait sur le continent un nombre important de sites d'informations désireux d'informer les citoyens des pays d'origine sur d'autres contrées. Il faut reconnaître qu'il n'existe pas que des sites d'informations. Des sociétés privées ont créé des sites pour valoriser leur établissement; aujourd'hui il est possible, suivant le compte bancaire dont on dispose et la banque à laquelle on est inscrite, de visualiser l'historique de son compte sur un espace dédié en ligne. Plusieurs ministères se sont mis à la page et les candidats aux élections présidentielles de 2006 et 2011 n'y ont pas dérogé. Même si ailleurs il n'ya pas que l'élection présidentielle qui justifie la création d'un site. Ailleurs, les grandes personnalités politiques ont un site web permanent et non un site web de circonstance qui disparaît dès le lendemain de la défaite d'un candidat comme on a pu le voir tout récemment.

Lire la suite... Le web au Bénin : des mauvaises pratiques et connaissances aux piratages informatiques

Le gouvernement béninois a organisé en semaine écoulée un séminaire sur le développement et l'émergence des Tic dans notre pays. Parvenir à faire du Bénin le quartier numérique de l'Afrique comme le rêve nos dirigeants est certes une ambition noble mais il existe bien des préalables, notamment la question de l'Energie sans laquelle le Bénin ne peut rêver à devenir un quartier numérique.

Faire du Bénin le " quartier numérique de l'Afrique " C'est le nouveau chantier sur lequel le gouvernement de Boni Yayi consacre ses énergies depuis quelques jours. Le séminaire-atelier tenue la semaine dernière à Azalaï hôtel avec pour thème "Tic, vecteur de modernisation, de croissance et de développement du Bénin" avait, aux dires du ministre Max Barthélémy Ahouèkè en charge de la communication et des technologies de l'information et de la communication, pour objectifs de trouver " des voies et moyens qui permettront d'asseoir une politique, de sorte qu'à l'horizon 2025, les Tic soient le quotidien de tout Béninois ".

Read more...

Sous le thème «Tic, vecteur de modernisation, de croissance et de développement du Bénin» un séminaire- atelier d’un jour a été lancé hier à Azalaï hôtel à Cotonou par le ministre Max Barthélémy Awouèkè. Faire du Bénin le quartier numérique de l’Afrique. Ainsi en a décidé le gouvernement du Bénin depuis 2006.

L’atelier qui s’est tenu hier, s’inscrit dans la droite ligne de cet objectif que s’est fixé le Bénin. Pour le Ministre de la communication et des technologies de l’information et de la communication, Max Barthélémy Awouèkè à l’ouverture, cet atelier est l’occasion pour les différents acteurs de discuter sur des thèmes variés dont la mutualisation des infrastructures: optimisation et efficacité au quotidien. Il a souhaité que des échanges fructueux soient faits afin de permettre un renforcement des capacités de chacun dans le domaine de nouvelles technologies de l’information et de la communication. Cet atelier se chargera de trouver les voies et moyens qui permettront d’asseoir une politique, de sorte qu’à l’horizon 2025, les Tic soient le quotidien de tout béninois.

Read more...

Les travaux de la 1ère édition de la Semaine de l’Internet organisée par le ministère de la communication des technologies de l’information et de la communication ont pris fin mardi 2è septembre dernier. Au total, un diagnostic approfondi de l’Etat de l’Internet au Bénin a été fait et des solutions en vue d’une meilleure gouvernance du numérique dans notre pays ont été identifiées. 

Ils étaient des experts des Tics, fournisseurs d’accès à l’Internet, opérateurs de téléphonie, responsables de sociétés intervenant dans le domaine des Tics et consommateurs à enrichir les débats tout le temps qu’a duré la Semaine de l’Internet et à apporter leurs expertises sur les sujets pertinents abordés au cours des travaux. Entre autres, ils décelé les vraies entraves à une meilleure gouvernance du numérique au Bénin. Le fruit des échanges a permis de faire un diagnostique approfondi des maux qui minent le secteur des Tics. Et comme solution envisagée, ils ont estimé qu’il urge de mettre en place un partenariat stable et durable pour opérer en faveur de la meilleure gouvernance convoitée. Ils ont aussi pris connaissance de la vision nationale du document de politique et de stratégie du secteur des télécommunications et de la poste. 

Read more...

L’OUVERTURE DES TRAVAUX

Dans son speech de bienvenue, Destiny TCHEHOUALI, le promoteur du réseau IGL Bénin, a insisté sur la nécessité de décliner la stratégie nationale TIC à l’échelon local et de responsabiliser les pouvoirs locaux face aux défis de développement numérique de leur territoire. Tout en déplorant le faible taux (3%) de pénétration d’Internet au sein des populations béninoises, Destiny TCHEHOUALI a rappelé que l’Index 2012 des Nations Unies sur l’« e-Government » classe le Bénin au 179ème rang sur un total de 190 pays en matière d’utilisation des TIC au sein des administrations publiques. La création du réseau IGL s’inscrit ainsi dans le cadre de l’application des recommandations du Sommet mondial des villes et des pouvoirs locaux sur la société de l’information (Lyon, 2003 et Bilbao, 2005) préconisant l’engagement des collectivités territoriales dans le développement d’une citoyenneté numérique universelle>

Le réseau IGL se veut donc être un forum multi-acteurs et un cadre de concertation permanent qui aura pour vocation d’identifier et de préconiser des solutions locales et durables à la fracture numérique à travers la vulgarisation des TIC et d’Internet au sein des communautés locales.

Read more...

Les travaux de la deuxième édition de la semaine de l’Internet ont pris fin vendredi dernier au palais des congrès par plusieurs recommandations. La cérémonie de clôture a été présidée par le ministre de la Communication et des Technologies de l’information et de la communication entouré de plusieurs autres ministres du gouvernement.

Après avoir fait le point des activités qui ont marqué les cinq jours d’activité, Maxime Dahoun, rapporteur des assises a énuméré en quatre points les grandes recommandations de cette édition. Le premier point concerne l’utilisation du logiciel libre. Les travaux recommandent à cet effet que des décisions politiques et stratégiques soient prises pour encourager et soutenir l’utilisation de ce type de logiciel.

Read more...

Lancement lundi de l’exploitation de la bande passante internet à l’Université d’Abomey- Calavi. Le monde universitaire dispose désormais de 20 mégabits pour une navigation rapide. L’’événement rentre dans le cadre de la semaine de l’internet qui est à sa deuxième édition.

Désormais étudiants, enseignants et chercheurs pourront bénéficier et profiter au maximum de cette large bande wifi et faire de la société de l’information non plus une vue de l’esprit mais une réalité sur le campus d’Abomey Calavi. Ceci manifeste de la volonté du gouvernement de faire des TIC un outil de développement à partir de cette deuxième édition de la semaine de l’internet.

Faire de la technologie de l’information appliquée à l’enseignement une réalité tangible nécessite certainement des sacrifices et le ministère de la communication prend déjà en charge quelques redevances induites par cette bande passante de vingt (20) Mégabits sur une période de six (06) mois.

Read more...

 
 
 
 

Recherche

Contact

Syndication - RSS