Cotonou abrite les 21 et 22 janvier, la première édition des assises nationales du numérique qui porte sur le thème : «La vitrine de l’innovation numérique au Bénin : place au privé». Elle a été officiellement ouverte par le Premier ministre Lionel Zinsou, en présence du ministre de la Communication et des Technologies de l’Information et de la Communication, Etienne Kossi et de nombreux participants venus de l’extérieur dont des Béninois de la diaspora.

«Dans ce secteur qui évolue à une très grande vitesse, la mutualisation des ressources publiques et privées est plus que nécessaire». Telle est la vision que nourrit le ministre Etienne Kossi pour le numérique. Etant donné le dynamisme du secteur privé à embrasser des réformes pérennes et à adopter plus rapidement les nouvelles technologies, il convient, selon Etienne Kossi, de l’impliquer fortement dans la définition de la politique de l’Etat pour le numérique. 

«Il importe de remobiliser toutes les forces vives de la nation, le secteur public, le secteur privé, les communautés locales et la diaspora béninoise autour de projets spécifiques à très court, moyen et long termes», a souligné le ministre de la Communication, des Technologies de l’Information et de la Communication.

Selon Etienne Kossi, il est proposé la mise en place d’un conseil consultatif, le Conseil béninois du numérique (CBN), qui sera un vecteur important dans la mobilisation de tous les acteurs afin de permettre au Bénin de profiter des atouts importants associés au développement du numérique. Le Conseil béninois du numérique aura pour mission de formuler de manière indépendante et de rendre publics des avis et des recommandations sur toute question relative à l’impact du numérique sur la société et l’économie. 

 

Les assises doivent débattre des projets concrets du numérique au Bénin. Elles constituent une occasion pour revoir les chantiers ouverts dans le numérique, proposer et sélectionner des projets à accompagner par l’ensemble des acteurs. A en croire le ministre de la Communication et des Technologies de l’Information et de la Communication, il s’agira essentiellement d’évaluer les projets mobilisateurs dans le domaine du numérique au Bénin. C’est l’occasion, apprécie-t-il, pour les différentes parties de faire la promotion des idées et projets et de susciter l’adhésion de la communauté autour de ces projets.

Les participants devront, indique Etienne Kossi, identifier quelques projets à effets immédiats, à court et à moyen termes dont les réalisations permettront au Bénin de prendre une sérieuse option pour le développement du numérique ; de lancer le processus de mise en place du Conseil béninois du numérique.

Diaspora invitée

Pour Etienne Kossi, il existe un domaine de 12 ha de Bénin Télécoms sis à Fidjrossè sur lequel pourrait se développer le premier quartier numérique. «La diaspora est fortement invitée à penser à la délocalisation d’activités pourvoyeuses d’emplois et de services au Bénin», a insisté le ministre de la Communication avant de dresser une liste de thématiques relatives aux enjeux essentiels des assises. Des thématiques qui se rapporte bien à celles que propose Jules Dégila, conseiller technique à l’Economie numérique du président de la République dans le cadre des assises en cours. Comment rendre le Bénin attractif ? Comment le numérique devrait-il être financé ? Les éléments sur e-commerce et e-paiement au Bénin font, entre autres, partie des sujets que le conseiller technique propose à la réflexion des participants. Il faut que les projets mis en discussion puissent apporter des réponses précises au chômage des jeunes.

Pour le Premier ministre, Lionel Zinsou, les assises nationales du numérique devraient être participatives. Il faudra bien définir le rôle de l’Etat, qui est censé être un rôle de régulation selon le Premier ministre. Il est question d’identifier en la matière les goulots d’étranglement et de lever les obstacles, souligne-t-il. Car pour lui, ce sont des assises du franc- parler au cours desquelles il y aura des ouvertures et des facilités grâce à la prééminence du numérique nécessaire pour créer l’emploi, car le pays a besoin du numérique pour la compétitivité et non du numérique pour le numérique.

Le paiement par mobile devient significatif, en raison du développement du mobile, a fait remarquer Lionel Zinsou. «Si on peut payer ses notes d’électricité et d’eau par le numérique, ce sont des milliers d’heures de travail qui seront économisées», a miroité le Premier ministre lançant les assises nationales du numérique. ?

Source: http://www.lanationbenin.info/

 
 
 
 

Recherche

Contact