Sous le thème «Tic, vecteur de modernisation, de croissance et de développement du Bénin» un séminaire- atelier d’un jour a été lancé hier à Azalaï hôtel à Cotonou par le ministre Max Barthélémy Awouèkè. Faire du Bénin le quartier numérique de l’Afrique. Ainsi en a décidé le gouvernement du Bénin depuis 2006.

L’atelier qui s’est tenu hier, s’inscrit dans la droite ligne de cet objectif que s’est fixé le Bénin. Pour le Ministre de la communication et des technologies de l’information et de la communication, Max Barthélémy Awouèkè à l’ouverture, cet atelier est l’occasion pour les différents acteurs de discuter sur des thèmes variés dont la mutualisation des infrastructures: optimisation et efficacité au quotidien. Il a souhaité que des échanges fructueux soient faits afin de permettre un renforcement des capacités de chacun dans le domaine de nouvelles technologies de l’information et de la communication. Cet atelier se chargera de trouver les voies et moyens qui permettront d’asseoir une politique, de sorte qu’à l’horizon 2025, les Tic soient le quotidien de tout béninois.

 Pour la première communication à laquelle a pris part  le Ministre, elle a eu pour thème: «l’émergence du Bénin par les Tic: présentation de la stratégie Tic du Bénin, des initiatives, des programmes et projets en cours. De cette communication, il en ressort que l’état des lieux fait en 2006 a révélé une crise majeure dans le domaine. Alors, le gouvernement a entrepris d’assainir et de redresser le secteur des Tic. Aussi, il a été question de la modernisation des services, de la dynamisation des produits financiers. Ainsi, en 2008, le Bénin s’est doté d’un document majeur. Dans ce document on note une vision nationale galvanisante de faire du Bénin le quartier numérique d’Afrique, un choix engageant (faire des tic un secteur de développement par lui-même et d’accélération du développement de l’ensemble des autres secteurs). Ce document se base sur deux piliers que sont l’e-gouvernement (public) et l’e-business (privé).

Serge Adjovi, représentant du Développement secteur public Afrique de l’Ouest et centrale du groupe Cisco (société américaine spécialisée dans l’informatique), c’est déjà bien que le Bénin ait un plan de bataille. Aussi, le nombre de participants prouve que le Bénin y croit vraiment. A l’ouverture de l’atelier d’un jour, le ministre Max Awouèkè avait à ses côtés son Directeur de cabinet, le conseiller spécial du président de la République chargé des tic, Désiré Adadja.
 

Auteur: Arthur Sélo

Date de publication : 12/12/12

Source : Journal La nouvelle Tribune

 
 
 
 

Recherche

Contact