Les travaux de la 1ère édition de la Semaine de l’Internet organisée par le ministère de la communication des technologies de l’information et de la communication ont pris fin mardi 2è septembre dernier. Au total, un diagnostic approfondi de l’Etat de l’Internet au Bénin a été fait et des solutions en vue d’une meilleure gouvernance du numérique dans notre pays ont été identifiées. 

Ils étaient des experts des Tics, fournisseurs d’accès à l’Internet, opérateurs de téléphonie, responsables de sociétés intervenant dans le domaine des Tics et consommateurs à enrichir les débats tout le temps qu’a duré la Semaine de l’Internet et à apporter leurs expertises sur les sujets pertinents abordés au cours des travaux. Entre autres, ils décelé les vraies entraves à une meilleure gouvernance du numérique au Bénin. Le fruit des échanges a permis de faire un diagnostique approfondi des maux qui minent le secteur des Tics. Et comme solution envisagée, ils ont estimé qu’il urge de mettre en place un partenariat stable et durable pour opérer en faveur de la meilleure gouvernance convoitée. Ils ont aussi pris connaissance de la vision nationale du document de politique et de stratégie du secteur des télécommunications et de la poste. 

 

Un document mis en œuvre par le gouvernement pour la refonte du secteur qui permettra à terme, d’améliorer la qualité des services. Des recommandations ont été faites et au nombre desquelles la mise en œuvre d’un certain nombre d’actions prioritaires. Il s’agit par exemple, de l’adoption du projet de loi portant code des communications électroniques de la poste, la promotion des services de communication, la question du désengagement de l’Etat, la privatisation de Bénin Telecoms, la suppression du monopole sur l’accès à la dorsale à fibre optique et l’accès d’autres fournisseurs. Les participants ont évoqué les difficultés rencontrées. Par rapport à la Poste du Bénin, ils ont relevé la lourdeur administrative, la subordination à la tutelle et les longs délais des procédures de passation de marché qui, selon eux constituent des freins à la mise en œuvre diligente des projets et faussent l’esprit d’entreprise qui devrait régner. Les fournisseurs d’accès à leur tour, ont dénoncé la politique des prix et les allures hégémoniques qu’exerce l’opérateur historique qu’est Bénin Telecoms. Face à ces problèmes, les assises ont essayé de trouver des débuts de solutions. 

Plusieurs résolutions ont été prises telles que par exemple, la disponibilité de l’Internet dans les écoles universités, l’exonération de taxes ou d’impôts aux structures voulant s’installer dans les zones non rentables, la mise en œuvre d’une politique de subvention des opérateurs privés, le déploiement de la fibre optique dans les villages.  En ce qui concerne la lutte contre la cybercriminalité, il est envisagé la mise en œuvre de l’avant-projet de la loi portant la lutte contre le phénomène, l’enregistrement des cybercafés opérant dan l’informel, la réalisation de la télésurveillance dans les cybercafés et autres.

Selon le président du comité d’organisation, Wilfried Martin, lors de la cérémonie de clôture, cette 1ère édition a été d’un succès remarquable. « Pendant les quatre jours 2294 participants ont pris une part active aux manifestations. Les visites de stands ont connu une affluence. Plus de 100 jeunes se sont inscrits et ont suivi la formation à l’Internet », a-t-il déclaré. Par ailleurs, des tables rondes sont également organisées à la fin de chaque série de communication pour répondre aux questions des participants et faire la synthèse des débats. Au-delà des communications, des challenges ont mis aux prises des étudiants en télécommunications de plusieurs universités. 

Au terme des travaux, les lauréats ont reçu chacun un ordinateur portable.

 

Auteur : Jean DOSSOU/Journal Le Matin

Source: http://www.imc-groupe.com

 
 
 
 

Recherche

Contact