(Quotidien Fraternité) - Le partenariat public-privé avance et se renforce davantage dans tous les domaines d’activités au Bénin. Le gouvernement du Bénin, dans sa vision de faire de notre pays le quartier numérique de l’Afrique a décidé d’ouvrir le marché de l’accès à Internet par l’octroi d’autorisations pour la Fourniture d’Accès à Internet à des opérateurs privés.

La remise officielle des documents contractuels à ces opérateurs a eu lieu hier au ministère de la communication et des technologies de l’information. Cette remise fait suite à la signature il y a quelques jours de ces documents qui permettront à ces fournisseurs d’exercer leurs activités dans la légalité. Ils sont au total cinq (05) opérateurs privés reconnus par l’Etat qui ont désormais le droit de fournir l’Internet aux Béninois. Il s’agit de : Univercell S0, Isocel Telecom Sa, Marlan’s Telecom Sa, Espace Informatique et Télécommunications (Eit), Omnium Des Télécommunications et de l’Internet Sa (Oti). "Ainsi, pour dynamiser le marché des télécommunications, le gouvernement a décidé d’ouvrir le marché de l’accès à Internet par l’octroi d’autorisations pour la Fourniture d’Accès à Internet à des opérateurs privés. Pour y parvenir, mon Département a lancé le processus d’octroi d’autorisations d’établissement et d’exploitation de réseaux de fourniture d’accès à Internet qui se concrétise aujourd’hui par la remise des conventions et des cahiers des charges signés aux Opérateurs privés retenus à cet effet", a expliqué Max Awèkè, ministre de la communication. Ce processus conduit par l’Autorité Transitoire de Régulation des Postes et Télécommunications (Atrpt) permettra à ces cinq opérateurs de fournir de l’Internet aux Béninois pendant 10 ans pour un montant d’un milliard à payer à l’Etat béninois à raison de 200 millions par fournisseur. "Le souci du gouvernement étant de généraliser l’accès à Internet à des prix abordables sur toute l’étendue du territoire national, il vous fait désormais obligation, dans l’exercice de vos activités, d’offrir, avec un débit convenable, l’accès à Internet à tous les demandeurs en mettant en œuvre les moyens techniques les plus fiables et agréés conformément à la règlementation", a averti le ministre. Pour Robert Aouad, porte-parole des cinq fournisseurs d’accès à Internet, il est agréable de savoir qu’ils peuvent désormais exercer leurs activités dans un cadre légal. Au nom de ses pairs, il a promis de respecter le cahier de charge afin de faire du Bénin le quartier numérique de l’Afrique. Il est désormais du ressort de l’Atrpt de veiller à la mise en œuvre de ces cahiers de charges pour que la bonne qualité de la connexion Internet soit la chose la mieux partagée au Bénin.

Auteur/Source : Quotidien Fraternité

Date: 31 janvier 2012

Note Iafric.net : A noter que l'offre de services internet au Bénin est formellement libéralisée au Bénin depuis plus d'une décennie

 
 
 
 

Recherche

Contact