(Agence Ecofin) - Devant la difficulté de vendre Bénin Télécoms, opérateur historique du Bénin, le gouvernement envisage de scinder ses actifs en deux – d’une part, la filiale mobile et, d’autre part, les infrastructures et la branche filaire – pour faciliter la vente.

En effet, la branche mobile de la société intéresse davantage les acheteurs potentiels car elle est davantage susceptible d’être rentabilisée à court ou moyen terme. La branche fixe n’attire pas beaucoup les acheteurs dans la mesure où de plus en plus de repreneurs hésitent à reprendre la partie fixe des compagnies historiques de télécommunications.

 Ainsi Orange-France Telecom, après avoir repris l'opérateur historique Telkom Kenya, s'est rendu compte qu'elle avait mal estimé l'état de vétusté du réseau filaire existant, ce qui lui a valu des pertes très importantes.

Pour les mêmes raisons beaucoup de pays africains éprouvent actuellement des difficultés à céder leur opérateur historique. C’est le cas du Togo avec Togo Telecom, du Nigéria avec Nitel, du Cameroun avec Camtel (qui opère uniquement dans le fixe), de la Guinée, etc.
 

Source/Auteur Agence Ecofin

Date de publication : 31 janvier 2012

 
 
 
 

Recherche

Contact