Le Bénin a les moyens de devenir, au niveau africain, l'un des pays "phares" du numérique, ceux qui innovent, impulsent, irriguent, décident. Une position qui aura pour effet de soutenir notre économie, tant par le développement de nouveaux services que par la création d'emplois notamment.

Pour atteindre cet ambitieux objectif, deux conditions doivent à minima être réunies : -Prendre conscience du caractère vital du numérique, pour l’essor et la transformation, en l'élevant au rang d'industrie d'excellence ; -Disposer de talents en quantité et en qualité, gages de son attractivité. Ces deux conditions apparaissent pour moi comme préjudicielles.

Il y a quelques jours, la communauté tech du Bénin a lancé sur les réseaux sociaux une vaste opération « Rendez_Nous_Le_Bj » afin que l'opérateur historique Benin Télecoms Infrastructures améliore la gestion du .bj en facilitant son acquisition à distance, en réduisant le temps d’activation des domaines, en offrant un service après-vente adéquat et en publiant chaque année les statistiques d’acquisition du .bj. Toute chose qui augmentera le nombre d’enregistrement du .bj et boostera l’économie de notre pays. Une opération, avec comme meneurs principaux de troupe Roland Houngbadji, Gilles Kounou, Igor Koucoi, …, qui a reçu très tôt l’adhésion du Président Directeur Général de Isocel Telecom, Robert AOUAD. Comme quoi, même nos fournisseurs d’accès internet sont conscients de la nécessité de libérer notre .bj.

Il est aujourd’hui indéniable que le numérique a des effets extrêmement positifs sur l’économie d’une nation. C’est une formidable source d’innovation, de communication et de collaboration pour nos entreprises. Prendre le pli de la transformation numérique, c’est penser l’économie différemment, à travers le prisme des nouvelles technologies.

 

« Le constat est clair : la révolution numérique a déjà commencé. La question n’est plus de savoir si elle est pertinente ou pas. La question est plutôt de savoir comment rattraper notre retard et jouer un rôle indéniable dans la compétition mondiale. » in ‘’Mon village numérique’’, P 26, à paraitre, Médard Agbayazon.

L’usage des Tic dans les entreprises béninoises doit être plus pointu. Mais il leur faut par exemple une connexion haut débit pour utiliser les technologies en matière d’amélioration de la productivité au travail : Cloud, applications mobiles, Big Data… Le numérique bouleversera également les relations entre l'État et les citoyens béninois avec le développement de l'e-administration dans de nombreux domaines, les services en matière de fiscalité, d'emploi et d'état civil étant les plus utilisés dans notre système manuel actuellement. 

Il se tiendra du 21 au 22 janvier 2016 à Cotonou au Bénin les assises nationales du Numérique. Nous espérons que de pertinentes propositions seront faites et soumises à qui de droit afin que l’économie béninoise profite du numérique qui ne constitue qu’une chance pour elle.

Mon présent billet, faisant suite au précédent qui porte sur « Le patriotisme numérique : application directe au .bj » a pour but d’ouvrir le débat dans un contexte marqué par une pluralité de projets de société dans le cadre des élections présidentielles du 28 février 2016. Et surtout, aider à proposer concrètement des solutions pour contribuer à faire de notre pays ce « quartier numérique » que nous appelons tous de nos vœux.

Pour m’écrire : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

 
 
 
 

Recherche

Contact