Ma sélection de flux RSS

(Communication donnée lors du Global CN 2001 à Buenos Aires - Décembre 2001)

I. Introduction : le Bénin, les NTIC et l'ONG ORIDEV
II. La jeunesse béninoise face aux NTIC
III. Insertion de la jeunesse dans la société de l'information : contributions de l'ONG ORIDEV
IV. Conclusions et perspectives.

1.INTRODUCTION : LE BENIN, L'ONG ORIDEV, LES NTIC

1.1 LE BENIN

Le Bénin est un pays de l'Afrique de l'Ouest, limité au nord par le Niger et le Burkina Faso, au sud par l'océan Atlantique, à l'est par le Nigéria, à l'ouest par le Togo. Il a une superficie de 112 622 Km2. Sa population était estimée en 2001 à plus de 6 millions d'habitants. 
Les trois grandes villes du Bénin sont Cotonou, Porto- Novo et Parakou. L'économie béninoise est essentiellement agricole et 64,3% de la population béninoise vit dans les zones rurales. La monnaie utilisée est le franc CFA : 750 FCFA équivalent à 1 dollar américain environ. Les principales activités économiques sont l'agriculture, le commerce, l'artisanat, la petite et moyenne industrie/entreprise.

1.2. LES NTIC AU BENIN 

Le Bénin s'est connecté à l'internet dans le cadre de la préparation du sixième sommet de la francophonie qui s'est tenu à Cotonou, Bénin, en décembre 1995. Il est l'un des premiers pays africains francophones à se connecter sur le réseau et disposait d'une bande passante de 64 kilobits/s. En 1998, cette bande passante fut augmentée à 128 kilibits/s grâce au projet américain Leland Initiative. Ce n'est qu'en juillet 2001 qu'elle augmentera à nouveau pour atteindre un mégabit/s, alors que les autres pays de la sous régions se situent déjà au delà de cette capacité. L'opérateur historique des télécommunications est l'Office des Postes et Télécommunications (OPT). Cinq fournisseurs d'accès offrant des services au grand public sont actuellement opérationnels (dont quatre privés). La population des internautes ne dépasse pas un pourcent de la population, alors que les abonnés au services des fournisseurs d'accès locaux tournent autour de 7000. La distribution géographique de l'internet est très déséquilibrée car le service réellement n'est disponible que dans les grandes villes, dont Cotonou qui héberge autour de 90% des internautes. Les NTIC font face à de multiples problèmes pour leur essor, problèmes tels l'analphabétisme d'environ 70% de la population dans les langues occidentales, la défectuosité des infrastructures de télécommunication (il existe un seul POP situé à Cotonou et la plupart des centraux sont analogiques), la saturation des centraux téléphoniques entraînant la rareté du téléphone fixe (47 000 lignes en juillet 2001), la faiblesse du réseau électrique, etc. Pour contrer toutes ces difficultés un ministère de la promotion des nouvelles technologies a été institué mi 2001.

1.3. L'ONG ORIDEV

ORIDEV www.oridev.org est une organisation non gouvernementale béninoise qui a pour objectif de promouvoir le développement par la communication, par l'usage des Technologies de l'Information et de la Communication. Elle a été créée en octobre 1998 et est l'antenne nationale du réseau international ANAIS www.anais.org (réseau international dont l'objectif fondamental est la promotion des nouvelles technologies de l'information et de la communication en Afrique et en Europe) avec lequel elle entretient des relations privilégiées. ORIDEV travaille à travers trois programmes principaux : le programme Information-Sensibilisation, le programme Formation - Assistance Technique et le programme Infoports.

Le programme Information-Sensibilisation initie et coordonne toutes les activités d'information et de sensibilisation sur les Technologies de l'information et de la communication (organisation des fêtes de l'internet en 1999, 2000 et 2001, publication de documents sur les TIC au Bénin, édition d'un bulletin électronique sur l'évolution des TIC au Bénin, Club Fragments du Monde/Oridev, etc..)

Le programme Formation et Assistance Technique supervise et/ou exécute toutes les activités de formation que mène l'ONG. Il appui les différents programmes (notamment le programme Information-Sensibilisation) dans la réalisation de leurs activités. Le volet assistante technique offre un cadre permettant à l'ONG d'assister des structures à but non lucratif à la résolution de problèmes techniques.

Le programme Infoports a pour objectif de créer et de promouvoir les points d'accès collectifs. En août 1999, ORIDEV a été sélectionnée par l'INTIF (Institut francophone des nouvelles technologies de l'information et de la formation) et a mis en place un point d'accès aux inforoutes dans le cadre du programme Point d'Accès aux Inforoutes pour la Jeunesse (PAJE) de l'Agence de la Francophonie.

Certains de ces programmes seront mieux présentés plus loin.

2. LA JEUNESSE BENINOISE FACE AUX NTIC

2.1. LE CONTEXTE

Plus de 50% de la population béninoise est constituée de jeunes de moins de 16 ans. La jeunesse constitue donc la couche sociale majoritaire. Bien que l'enseignement primaire soit obligatoire, les conditions socio-économiques entravent fortement la scolarisation des enfants. Celle-ci est souvent tardive, surtout dans les zones rurales (plus de 60% du territoire national) et/ou très rapidement interrompue . La scolarisation des filles est encore plus compromise du fait de la place octroyée à la femme par la société. Il n'est pas rare de trouver des enfants de dix ans en classe d'initiation (première année de primaire. Or l'accès aux nouvelles technologies demeure encore largement tributaire du décodage des langues occidentales (notamment le français) auquel l'école initie.

Ces éléments illustrent déjà les conditions de départ défavorables auxquelles sont confrontés les jeunes béninois en ce qui concerne l'appropriation des NTIC.

2.2. LA FORMATION ET L'ACCES AUX TIC


2.2.1. La formation aux TIC
L'informatique est rarement enseignée dans les écoles primaires, et dans les collèges d'enseignement général public. Elle l'est surtout dans les établissements de formation technique et dans quelques collèges privés d'enseignement général. Dans les structures de formation générale, cet d'enseignement est même optionnel parfois. 
Dans les écoles de formation supérieure privées (Institut Nationale d'Economie, Institut Supérieur de Technologie, Gasa Formation, etc..), de façon formelle il existe des filières informatiques : BTS Informatique de Gestion, BTS Informatique Industrielle, BTS Maintenance, Analyse- Programmation ; ces filières sont ouvertes aux étudiants de niveau Terminale ou ayant le Baccalauréat. Il existe également des formations d'opératrices/opérateurs de saisie (initiation aux logiciels de bureautique) pour les élèves de niveau troisième en moyenne. Malheureusement, il est souvent déploré le caractère trop théorique des formations. Les étudiants des Facultés des universités publiques sont encore moins bien lotis. 
Les jeunes sont ainsi obligés de se faire former dans les centres de formation informatique privés (ouverts par des entreprises ou les quelques ONG opérant dans ce secteur). La formation aux nouvelles technologies (formation liées à l'internet) est quasi inexistante dans l'enseignement, qu'il soit primaire, secondaire ou supérieur non technique.

2.2.2. L'accès aux TIC
Les lignes précédentes illustrent comment l'accès aux TIC par la jeunesse est placé sous de mauvaises augures. Cet accès est rare dans les établissements d'enseignement et de formation car la plupart d'entre eux se disent handicapés par les coûts d'acquisition et de fonctionnement des TIC. En effet, le coût d'un ordinateur multimédia " clone " équivaut environ à trente fois le SMIG national et 8 mois de salaire pour un enseignant du secondaire . Son acquisition constitue une charge très lourde même pour ces établissements qui ne disposent souvent que de vielles machines usagées (des " 486 " ou même quelquefois des " 386 "). La disponibilité de matériels neufs relève de l'exceptionnel. Dans les structures privées où le coût des formations est plus élevé et donc prohibitif pour les familles à revenus modestes, cette configuration est légèrement améliorée. Il est ainsi très rare, de trouver un point d'accès à l'internet au service des élèves. Quelques établissements n'ont pu s'en doter que dans le cadre d'initiatives extérieures telles le projet américain Globe. Là où des efforts ont été réalisés en interne le coût de la communication téléphonique devient un obstacle pour une mise à disposition minimale de l'internet. Dans certains de ces établissements privilégiés, le non paiement de la facture téléphonique engendre périodiquement la suspension du service internet .

En ce qui concerne les universités publiques, seul l'ex-Centre Syfed (Campus Numérique Francophone) de l'Université d'Abomey Calavi (ex-Université Nationale du Bénin - UNB)) met au service des étudiants un accès à l'internet. Mais l'offre de ce service est réservé aux étudiants en fin de cycle.

Précisons que l'Université d'Abomey Calavi (ex-UNB) et l'Institut National d'Economie sont les deux seules institutions de formation disposant d'un accès permanent, ceci, grâce à des projets ou programmes internationaux (Campus Numérique Francophone, Centre d'Education à Distance mis en place grâce à la Banque Mondiale). L'accès est y payant. Tous les autres établissements connectés le sont via le Réseau Téléphonique Commuté.

Ainsi en dehors de sa contribution infrastructurelle (plutôt symbolique) dans l'installation du Centre d'Education à Distance et du Campus Numérique Francophone, le pouvoir public n'a mis en place aucune structure de formation et d'accès aux TIC pour les jeunes.

2.2.3.Le rapport aux TIC
Les services et applications de l'Internet exploités par les jeunes sont le courrier électronique, le web, le chat. L'email est le plus utilisé, suivi du web (navigation) et plus rarement du chat. L'usage majoritaire est la correspondance, correspondance entre amis et parents résidant à l'étranger. Elle se fait essentiellement via l'email, soit via les webmails, soit via les logiciels classiques de courrier en mode off ou online. Un grand nombre d'élèves et d'étudiants surfent avec comme finalité la recherche de bourses d'études à l'étranger ou plus généralement la quête d'informations liées à la poursuite de leurs études. Seule une faible frange des jeunes s'adonne au chat, d'autant plus que son usage est souvent associé à la distraction. Le coût d'accès au web étant élevé, le chat est légitimement perçu comme un luxe. Notons que l'objet de certaines navigations est la consultation de sites pornographiques.

Une classification hiérarchique entre ces différents usages placerait la correspondance en premier suivi probablement mais beaucoup plus loin de la consultation des sites érotiques, puis de la recherche d'informations liées à la poursuite des études.

Il convient de remarquer qu'au Bénin, tout comme dans la majorité des pays africains, l'usage de l'internet est beaucoup plus utilitaire que ludique. Très rares sont en effet les jeunes s'adonnant aux jeux et à la distraction sur l'internet. Cet usage trouve son cadre d'expression dans les vidéo-clubs (jeux-vidéo) qui essaiment dans les principales villes Cotonou et Porto-Novo.

Précisons aussi que les contenus éducatifs sont presque inexistants sur l'internet béninois et que l'usage des NTIC à des fins éducatives reste anecdotique. (voir usages des TIC dans le programme Globe au Bénin sur www.aftidev.net)

3. INSERTION DE LA JEUNESSE DANS LA SOCIETE DE L'INFORMATION : CONTRIBUTIONS DE L'ONG ORIDEV

L'ONG ORIDEV a depuis sa création mis en place des programmes susceptibles d'initier, de renforcer les capacités des jeunes en matière de TIC et de promouvoir leur épanouissement par ces technologies. Ces actions répondent à trois impératifs : 
Ø Former aux TIC, 
Ø Donner accès aux TIC, 
Ø Promouvoir l'épanouissement de la jeunesse par les TIC.

3.1. FORMER ET DONNER ACCES AUX TIC


3.1.1.Activités liés au programme formation
L'unité d'exécution du programme Formation est composée de deux informaticiens ayant des compétences diverses en ce qui concerne la formation à l'utilisation de l'ordinateur, de l'internet, de certains logiciels tels que WORD, EXCEL, ACCESS de la suite bureautique de Microsoft, la mise en œuvre de réseaux et de serveurs, la maintenance de matériels informatiques. Le programme a pour cibles principales les jeunes élèves, étudiants et diplômés sans emplois. Les formateurs ont à leur actif des centaines d'heures de formation : initiations aux TIC dans des établissements tels CEPIB Formation, Master School, collaboration avec des clubs informatiques et/ou internet, etc. Les formations se font quotidiennement dans les locaux de ORIDEV dans la salle formation comportant six ordinateurs mais aussi dans des établissements de formation. Elles peuvent venir aussi en appui aux manifestations organisées par le programme Information-Sensibilisation. Plusieurs centaines de jeunes ont déjà été ainsi formées. Des bourses de formations leur sont aussi offertes périodiquement.

3.1.2. Activités menées dans le cadre des fêtes de l'internet
La fête de l'internet est une manifestation internationale de promotion de l'internet organisée depuis cinq ans au mois de mars www.internetfiesta.org . Depuis 1999, ORIDEV à travers son programme Information-Sensibilisation participe à l'organisation de cette fête au Bénin. Différentes activités centrées principalement autour des jeunes sont initiées. Nous allons examiner quelques-unes ayant eu lieu au cours de l'édition 2001 : les ateliers internet, les ReV (rencontres virtuelles), le jeu-concours Cybercrack.

Les ateliers internet

Les ateliers d'initiation et de formation à l'Internet ont pour objectifs de sensibiliser aux enjeux de l'Internet et d'initier et former à l'utilisation de ses principales applications. Ils s'organisent sur les différents sites sur lesquels ORIDEV développe ces activités. Plusieurs machines ont été déployées (au total 28 ordinateurs ont été installés pour une durée d'un à trois jours sur les trois différents sites à savoir : Isis informatique, le PAJE ORIDEV et le Centre Culturel Français de Cotonou). Un vidéoprojecteur a été exploité sur le site du PAJE Oridev. Dix-neuf animateurs ont été mobilisés. Du matériel didactique (CDROM d'initiation, des prospectus d'initiation et de sensibilisation " Internet, tout comprendre en 5 minutes ") a également été distribué. Suivant le programme, des groupes de jeunes sélectionnés au préalable dans leurs écoles ou venus de leur gré sur les sites sont orientés vers des ordinateurs connectés en permanence. Ils suivent une brève présentation de l'Internet et de ses services. De façon spécifique, ils apprennent à naviguer, à envoyer et recevoir du courrier. Des foires aux questions sont aussi organisées (séances de questions-réponses sur les TIC)
Toujours dans le cadre des ateliers internet, des séances de navigation gratuites sont organisées. Durant l'édition 2001 de la fête, plus de cent ordinateurs ont été mis en place sur les sites de Oridev et celui des cybercentres partenaires de l'opération "Internet prix cassés" initiée par l'ONG. Pendant les trois jours environ 700 passages de navigation (30 minutes par personne) ont été enregistrés sur tous les sites. L' opération a permis d'offrir soit gratuitement, soit à coût réduit de 50%, l'accès au web.

Les ReV scolaires 
Les ReV sont des rencontres virtuelles que ORIDEV organise pendant la fête de l'internet. Les ReV scolaires mettent en scène des jeunes scolaires. En 2001 une ReV a été organisée sur le thème "La jeunesse et le Sida". L'objectif était d'initier les participants (élèves des collèges de Gbégamey et Aupiais) à la conversation en direct sur Internet (Chat) dans le cadre d'un débat sur un sujet d'enjeu pour cette cible. Seize ordinateurs connectés à Internet ont été utilisés. Le logiciel Yahoo Messenger a été retenu et installé pour le Chat. Après explication de l'application, le logiciel a été présenté et des adresses email ont été créées. La conférence a duré 60 minutes d'horloge pendant lesquelles les jeunes ont pu non seulement découvrir un outil très utile, mais également échanger et préciser leurs inquiétudes et espoirs sur le SIDA

Le jeu-concours Cybercrak
Oridev organise différents jeux-concours dans le cadre de la fête. Cybercrack est le principal jeu initié. Il est lancé depuis trois ans et a pour objectif de promouvoir une culture en NTIC au sein de la jeunesse béninoise (jeunes âgés de 25 ans au maximum). Les meilleurs candidats ayant répondu à un questionnaire sur les TIC sont récompensés. En 2001, le concours a été organisé en deux phases, questionnaire écrit et phase finale pratique (travaux sur l'ordinateur et l'internet). Le concours est lancé sur les chaînes de radio, diffusé par voie d'affiches et via l'internet. Les deux premiers lauréats de ce concours ont gagné des prix comportant une imprimante couleur et un ordinateur Pentium.

3.1.3. Le Point d'Accès aux Inforoutes pour la Jeunesse (PAJE)

Pour aider les jeunes à accéder à l'internet à coûts réduits, l'ONG a mis en place le PAJE avec l'appui de la francophonie. Ce cybercentre est composé de quinze ordinateurs dont dix à la disposition du public constitué exclusivement de jeunes. Il est ouvert officiellement depuis début 2001 et situé dans l'enceinte de l'Institut National d'Economie, une institution de l'ex-Université Nationale du Bénin. Le coùt de l'accès a été fixé au départ à 700 F CFA par heure (un dollar) puis à 500 F CFA (moins d'un dollar). Périodiquement, des séances de navigation gratuites sont offertes aux élèves et aux étudiants de l'INE. Le PAJE dispose d'une connexion internet par ondes radios.

3.1.4. Divers

D'autres services et outils sont mis à contribution pour former les jeunes. Il s'agit du bulletin électronique mensuel sur l'évolution des TIC ORIT@, de certains services du site du PAJE ORIDEV, de la liste de discussion sur les NTIC, etc.

Le bulletin ORIT@ est mis en place depuis février 2000 par le Programme Information-Sensibilisation. Sa rubrique " Trucs et Astuces " informe le public et les jeunes sur des technologies et outils spécifiques susceptibles de renforcer leurs capacités opératoires.

En ce qui concerne le site du PAJE ORIDEV www.paje.oridev.org, il offre différents outils de formation (rubriques " Trucs et Astuces ", forum de discussion sur les NTIC, etc.).

Enfin, la liste de discussion NTIBEN nouvellement créée poursuit en partie cet objectif.

Certains de ces derniers services/outils sont nouveaux et en expérimentation.

3.2. PROMOUVOIR L'EPANOUISSEMENT PAR LES NTIC


3.2.1 Le club fragment du monde/Oridev
L'utilisation des NTIC ne peut être réellement productive que lorsqu'elle s'opère dans le cadre de projets de développement concrets. C'est également à cette condition que ces technologies pourront réellement appuyer l'éclosion des pays en développement. Fort de ce postulat, ORIDEV a mis en place le Club Fragments du Monde Oridev, dans le cadre du projet international francophone qui porte le même nom.

Fragments du monde est un projet d'échange culturel par Internet mis en place par VECAM (Veille Européenne et Citoyenne sur les Autoroutes de l'information et le Multimédia) et INJEP (Institut de la Jeunesse et de l'Education Populaire) en collaboration avec des associations de 7 pays francophones (dont ORIDEV au Bénin) avec le soutien de l'Agence Internationale pour la francophonie et le parrainage de l'UNESCO.
Fragments du Monde se présente en particulier sous la forme d'un concours de page web ouvert aux groupes de 3 personnes au moins, âgées de 15 à 25 ans. L'objet du concours : présenter une place publique nationale, des témoignages sur ladite place et enfin concevoir une histoire imaginaire centrée sur la place et reflètant les visions que se donnent les jeunes pour leur meilleur épanouissement. C'est dans ce cadre précis que fonctionne le Club Fragments du Monde Oridev qui s'est en particulier donné pour objectif de promouvoir la culture béninoise par le web.

Pour lancer le projet au Bénin en 2000 et pour participer au projet de création de pages, Oridev, a eu à former six (6) jeunes à la conception des pages web et au graphisme. Le premier groupe (composé de BOCO Eric, LOKOSSOU Carole et de AZAGNANDJI Carille) a pu construire un site sur le musée historique d'Abomey. Le second groupe dénommé " Perspectives 2001 " est composé de trois personnes (ALEDJI Franck, AFFOUGNON Barnabé et de SEMAVO Nadine). Il a construit un site sur le site culturel baptisé " la Route de l'Esclave " à Ouidah au sud du Bénin. Cette route était empruntée par les esclaves dahoméens (le Dahomey est l'ancien nom du Bénin) lorsqu'ils étaient acheminés par les négriers vers l'occident. Ce travail leur a permis de reprendre possession de leur histoire dans une vision prospective de réconciliation des peuples impliqués dans la traite négrière. Ce site a obtenu le premier prix dans la catégorie " contenu " lors du concours international Fragments du Monde.
En 2001, le Club s'est élargit. Quatre jeunes ont participé au concours de pages web lancé dans le cadre des IV èmes Jeux de la Francophonie et de la XIX ème Biennale de la langue française qui se sont déroulés au Canada sous le thème " La jeunesse et La langue française ". Avec leur contribution titrée " La langue française en aventure à Cotonou " ils ont décroché le prix attribué par la Biennale de la langue française, catégorie " littérature web amateur ". Ce site (www.oridev.org/lescotonois) a été élaboré aux couleurs de la francophonie et présente cette langue, dans son évolution, notamment son enrichissement et son utilisation par les jeunes à Cotonou. En outre, tout comme en 2000, deux autres jeunes (Barnabé AFFOUGNON et Thierry NOUKPO) ont eu à participer à l'Université d'été et au séminaire organisés en France dans le cadre du projet. Ils se préparent avec d'autres membres pour participer une fois de plus au concours de cette année.
Ce projet concoure concrètement à l'épanouissement des jeunes du Club par les TIC. Les cadres d'échanges institués par le projet leur permettent de collaborer avec d'autres jeunes des autres continents.

3.2. Forum " Jeunesse et sida "
Les ReV scolaires organisés en 2001 lors de la fête de l'internet correspondent aussi aux genres d'activités pouvant concourir à l'épanouissement des jeunes par les TIC. Nous avons présenté cette activité en 3.1.2.


4. CONCLUSION ET PERSPECTIVES

La couche juvénile constitue la force prospective du développement de la technologie. Mais le terrain socio-économique sur lequel il s'épanouit ne favorise pas son appropriation des technologies de l'information et de la communication. Les écoles, collèges et universités mis en place par le pouvoir public ou par le privé intègrent peu pas de dispositifs adéquats de formation et d'accès aux TIC. Au niveau des collectivités locales en particulier, ces dispositifs aussi inexistants. Hors du système scolaire formel, les quelques organisations non gouvernementales (tout comme les entreprises) spécialisées sur les TIC s'activent pour suppléer cette carence de l'Etat et favoriser l'insertion des jeunes dans la société de l'information.

L'ONG ORIDEV, la première association béninoise de promotion des TIC et la plus active, a placé la jeunesse au centre de ses activités. Ses différents programmes notamment les programmes de formation et Infoports sont spécialement bâtis pour répondre à l'impératif d'appropriation des TIC. Elle travaille actuellement sur différents outils pour renforcer ses dispositifs d'appropriation (création de contenus éducatifs sur le site du P@je ORIDEV, inter-opérationnalité et meilleur fonctionnement de la liste et du forum de discussion sur les TIC, amélioration des autres services du site, du PAJE etc.).


Pour les jeunes béninois, l'internet constitue un outil strictement utilitaire que ludique. De ce fait, moins qu'en occident, les enjeux comme le contrôle de l'accès au net sont moins mis en exergue. 


Il serait utile aujourd'hui de mener une étude approfondie pour mesurer le niveau d'appropriation des TIC par les jeunes du Bénin de même que leurs rapports aux TIC.

 

Post your comments...

     
     
     

    Recherche

    Contact